> Agenda > Une charge déraisonnable

mer 18/04/2018 20:00

Une charge déraisonnable


Silvia est accordéoniste. Après 10 ans sur les routes, elle décide de poser ses valises en Belgique en 2011. Parce qu’indépendamment d’elle-même, Silvia est italienne. En 2013, elle reçoit un ordre de quitter le territoire. Parce qu’étonnamment, cette mesure est aussi réservée aux Européens. Alors, Silvia pose son accordéon, et joue cette fois-ci avec les mots.
Des projections de films et dessins animés sont prévues dans l’après-midi ainsi que la découverte de l’exposition des écoles secondaires en action pour la justice migratoire.

13:30 : " J’ai marché jusqu’à vous, récit d’une jeunesse exilée " de Rachid Oujdi.
14:30 : " Je n’aime plus la mer " de Idriss Gabel.
16:00 (pour les enfants) : " Le pays des rêves " de Thomas Gilson.
20:00 : Silvia Guerra (théâtre)

Ce spectacle de et avec Silvia Guerra s’inscrit dans le cadre d’une journée dédiée à la Justice Migratoire, organisée par le CNCD-11.11.11 en partenariat avec la Commune de Molenbeek-Saint-Jean et Oxfam-Solidarité.

Partenaires : CNCD-11.11.11/ Commune de Molenbeek – Gemeente Molenbeek /Oxfam-Solidarité.

où :

Maison des Cultures et de la Cohésion Sociale de Molenbeek

quand :

mer 18/04/2018 20:00

En collaboration avec :

Amnesty International, Caritas International, Asmaé, Quinoa, SCI

tarif :

1, 25€ / 5€

02/250 12 55
alice.beck@cncd.be
www.cncd.be

Février 2019

mer 20/02/ 14:30

Humanimal

Maison des Cultures et de la Cohésion Sociale de Molenbeek
Suite à un bouleversement, un enfant, de partout et de nulle part, se retrouve seul face à une page blanche gigantesque. D’où il vient, où il va, il n’en sait rien. À travers son instinct, il se reconnecte alors à une chose bien plus grande que son existence isolée. Dans un voyage physique alliant la danse, le dessin et la musique live, " Humanimal " convie alire d'avantage

sam 23/02/ 20:00

Nawaris

Maison des Cultures et de la Cohésion Sociale de Molenbeek
En août 2015, Hussein Rassim arrive en Belgique après avoir quitté l’Irak, où l’instabilité due à la guerre ne lui permettait plus de pratiquer son instrument, le oud . À Bruxelles, il rencontre de nombreux musiciens et Nawaris prend forme : entre musique traditionnelle irakienne, jazz, musique classique orientale et occidentale, musique des Balkans, l’ensemlire d'avantage